top of page

La Torah est-elle pour tous dans le monde ?

Dernière mise à jour : 13 févr.

La Torah aux Nations


La fête de Shavouot est centrée sur le don de la Torah et le voyage de Ruth pour devenir membre de la nation d'Israël. De plus, certaines personnes ont l’habitude de lire le Livre des Psaumes en entier, pour honorer la date de naissance et le jour commémoratif du roi David. Alors que les Psaumes du « Doux chanteur d'Israël » expriment la relation multiforme d'un Juif avec Dieu, leur attrait et leur valeur sont universels. L’apprentissage de la Torah, comme le récit des Psaumes, s’applique-t-il également aux non-juifs ? Après tout, les prophètes d’Israël envisagent le jour où les Gentils afflueront à Jérusalem pour apprendre les voies de la Torah. Ce moment est-il venu ?


Le rabbin Yitzchak Ginsburgh estime qu’en effet, le moment est venu de mettre de côté l’interdiction séculaire d’enseigner la Torah aux Nations et de se lancer dans une nouvelle ère, en diffusant ouvertement la lumière de la Torah dans le monde. Né et élevé aux États-Unis, le rabbin Ginsburgh s’est installé en Israël à l’âge de vingt et un ans et vit désormais à Kfar Chabad. Profondément influencé par le Rabbi Chabad et les enseignements hassidiques du Baal Shem Tov et du Baal HaTanya, il a développé son propre mysticisme, souligné par une passion active pour la Terre d'Israël qui a fait de lui le « Rabbi » des esprits fougueux. groupe de jeunes en Israël connu sous le nom de « jeunesse des collines ». En tant que fondateur de l'Institut Gal Einai, il est l'auteur de plus de quarante livres, dont des excursions dans la Torah sur la psychologie juive et des traités centrés sur la « rectification » de l'État d'Israël pour devenir un État de la Torah guidé par la loi juive et par les idéaux moraux. des Prophètes d'Israël. Le Mouvement Derech Haim, qu’il dirige également, vise à éduquer le public israélien sur la mission divine d’Am Yisrael dans le monde et à définir les étapes nécessaires pour transformer l’État d’Israël en un véhicule permettant de réaliser la Rédemption universelle promise. Conformément à cet objectif, l'organisation a publié une brochure intitulée « Mah Loamar L'Goyim » – « Que dire aux païens », qu'elle a distribuée en masse dans les synagogues et les instituts d'enseignement de tout le pays – bien avant le Corona. la peste a commencé.


Uri Kirshenbaum, directeur du programme du mouvement Derech Haim, déclare : « Dans son traité sur la foi juive, 'HaKuzari', le rabbin Yehuda HaLevi décrit Am Yisrael comme le cœur des nations. Aujourd’hui, l’État d’Israël diffuse des connaissances scientifiques et médicales dans le monde entier, des innovations en matière de haute technologie, d’équipement militaire, de produits agricoles et de systèmes d’irrigation, mais nous devons nous demander si c’est ce que voulait dire le prophète Isaïe lorsqu’il a prédit qu’Israël sera-t-il une lumière pour les nations ? Nous pensons que dans un véritable État juif, le ministère israélien des Affaires étrangères devrait être le porte-parole officiel de la Torah dans le monde, sans embarras ni excuses. Notre politique étrangère numéro un devrait être d’éclairer l’humanité sur la sagesse divine et la bénédiction inégalées contenues dans le judaïsme et la croyance juive.


Cette notion ne contredit-elle pas l'affirmation de la Torah selon laquelle le peuple juif doit être « un peuple qui demeure seul et ne doit pas être compté parmi les  nations » ?


« HaRav Ginsburgh explique que « un peuple qui habitera seul » signifie que nous avons la force intérieure de résister seuls à la pression et à l'opposition de la communauté mondiale et de nous accrocher aux principes de notre foi. Dans le cadre de notre héritage du Sinaï, nous sommes appelés à rester fidèles à la Torah et à ne pas courir après les veaux d'or de l'époque, en essayant d'imiter les païens afin de gagner leur grâce et leur approbation. Nous avons fait l'expérience, à maintes reprises dans notre chair, où cette illusion nous avait conduits. En tant que « peuple qui demeurera seul », nous ne devons pas importer les cultures, valeurs et croyances impures et idolâtres des nations dans notre Terre Sainte unique, mais nous avons l'obligation divine d'exporter la « parole du Seigneur » vers tous les peuples. Nos Sages enseignent que « Avraham HaIvri » signifie qu'Avraham Avinu était d'un côté du monde et que toutes les nations étaient de l'autre. Malgré cela, il n’a pas hésité à enseigner à l’humanité le Dieu unique et unique de l’univers, et nous ne devrions pas non plus le faire.


Cela ne signifie-t-il pas enseigner aux non-juifs les sept commandements des Bnei Noach – les fils de Noé ?


« HaRav Ginsburgh soutient qu'à notre époque, alors qu'Internet et les médias internationaux ont transformé le monde en un « village planétaire », l'enseignement des Sept Commandements ne suffit pas. Pour mettre en œuvre le projet, les étudiants du HaRav Ginsburgh ont commencé à donner des conférences à des groupes de Bnei Noach en visite en Israël et venant de différents pays.


Dans une conférence à laquelle j'ai assisté, HaRav Ginsburgh a expliqué (dans le sens et le langage simplifiés de cet auteur) : « Il est impossible de persuader les non-juifs d'abandonner leurs différentes formes de culte des idoles et de s'attacher à la Torah et à ses obligations. exige d'eux, sans leur montrer la beauté et la vérité de la Torah, et cette splendeur se manifeste à la lumière de la Torah dans son intégralité, et pas seulement dans les choses « simples » que la Torah impose à chaque être humain dans les Sept Mitsvot de Bnei Noach. Comme toutes les révolutions précédentes dans l’apprentissage de la Torah, des voies révolutionnaires sont nécessaires « afin que la Torah ne soit pas oubliée du peuple juif ».


J'ai demandé à un étudiant de longue date de HaRav Ginsburgh, le rabbin Itiel Giladi, directeur de l'Institut Gal Einai :


Pourquoi déployer des efforts pour enseigner la Torah aux Gentils alors qu’il y a tant de Juifs éloignés de la Torah et souvent ignorants de leur héritage juif ?


« C'est exactement la raison pour laquelle nous devons enseigner la Torah aux non-Juifs, comme le laisse entendre le Psaume, ce n'est qu'après que les Gentils se sont enthousiasmés à propos des œuvres d'Hachem que les Juifs s'excitent également : 'Alors il fut dit parmi les nations :' Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. Le Seigneur a fait de grandes choses pour nous et nous nous sommes réjouis » ( Psaumes, 126 : 3-4 ). De nombreux Juifs se considèrent comme des citoyens universels du monde dotés de visions pluralistes éclairées. Ils considèrent la Torah comme quelque chose de petit et primitif, limité aux seuls juifs religieux. Ce n’est que s’ils réalisent que la Torah est universelle et cosmique dans sa vision qu’ils y jetteront un vrai regard. Lorsqu’ils verront que les Gentils sont inspirés par ses enseignements et que la Torah a un attrait international, ils découvriront eux aussi que la Torah s’applique également à eux et reviendront volontiers à son observance sans réserve. Imaginez ce qui pourrait se passer si l’apprentissage de la Torah devenait une tendance chez les Gentils. Le judaïsme pourrait également devenir viral dans les rangs du peuple juif !


Conscient qu’un appel à enseigner la Torah à des non-juifs ne manquera pas de faire sourciller le monde du judaïsme dominant, HaRav Ginsburgh insiste sur le fait que cette mesure d’urgence n’est pas différente des percées de la Torah du passé. Il explique que les prophètes d'Israël nous ont dit il y a longtemps que cette orientation changerait lorsque les nations afflueraient vers Jérusalem pour apprendre la parole d'Hachem ( Ésaïe, 2 :3 ; et voir Sophonie, 3 :9 ). « Il nous a déjà été ordonné d’enseigner aux non-Juifs les Sept Mitsvot de Bnei Noach (voir les Lois des Rois, 8 : 10), quelque chose que le Rabbi Loubavitch a souligné et que ses disciples pratiquent. Mais pour que les peuples du monde reconnaissent que le judaïsme est la véritable parole d’Hachem et la source de toutes les étincelles de vérité que contiennent les autres religions, ils doivent être exposés aux étendues infinies de la sagesse de la Torah, à la fois aux dimensions intérieures de la Kabbale et les lignes directrices révélées et terre-à-terre pour la vie.


Le but de cette révolution est-il de convertir les non-juifs au judaïsme ?


« Pas du tout », répond le rabbin Ginsburgh. « Pour se convertir, la motivation doit venir du non-juif lui-même. Ce n'est pas un programme de conversion. Nous cherchons à éclairer les nations sur la sagesse suprême et infinie et l’élévation morale de la Torah. Néanmoins, il va de soi qu’en agissant ainsi, de nombreux Gentils désireront rejoindre les rangs d’Am Yisrael. Le potentiel est vaste, des millions et des millions, qu’il s’agisse de la semence d’Israël, des Juifs qui se sont perdus parmi les nations contre leur gré, ou des âmes des convertis répandus à travers le monde. Nos Sages affirment que la venue du Machia'h dépend de la conversion de ces convertis. Déjà, partout dans le monde, de la Chine au Japon, en passant par la Hollande et l’Allemagne, des myriades de non-juifs ont exprimé leur intérêt à en apprendre davantage sur le judaïsme, au-delà des Sept Mitsvot. Inutile de dire que l’ajout de ces millions à Am Yisrael revêt une importance cruciale à la fois pour nous et pour le monde.


Par conséquent », explique le rabbin Ginsburgh, « cette révolution de l’enseignement de la Torah aux peuples du monde contient de grands avantages potentiels pour Am Yisrael, tout comme les révolutions de la Torah du passé, comme permettre l’écriture de la Torah orale et permettre aux enseignants de la Torah de recevoir un salaire pour leur temps et de permettre aux femmes d'apprendre la Torah en classe. Ce n’est un secret pour personne que le peuple juif traverse aujourd’hui une crise profonde dans toute la diaspora, avec des taux d’assimilation toujours croissants et, dans de nombreux cas, un abandon presque total de l’identité juive. Dans toute notre histoire, il n’y a pas eu de cas plus urgent de « C’est le moment d’agir pour Hachem, ils ont annulé la Torah. »​


Le rabbin Ginsburgh a déjà publié un livre destiné aux lecteurs non juifs, « Kabbale et méditations pour les nations ». Il dit qu'il espère sortir un autre volume dans un avenir proche. Son scénario n’est peut-être pas de la science-fiction. J'ai parlé au rabbin Menachem Listman, qui dirige le programme de conversion pour les anglophones à la Yeshiva Machon Meir à Jérusalem. Il rapporte que les inscriptions sont en augmentation. « Nous ne faisons pas de publicité ni ne partons à la recherche de prospects », explique-t-il. « En outre, les conditions d'acceptation du ministère israélien de l'Intérieur et du ministère des Affaires religieuses sont très strictes. Les candidats sont soumis à un processus de sélection très sérieux. Néanmoins, nous avons des étudiants de Hollande, de France, d'Allemagne, de Russie, d'Amérique du Nord, du Brésil, de Jamaïque, de Nouvelle-Zélande, du Kenya, du Nigeria, des Philippines, d'Inde, d'Indonésie, de Gibraltar, d'Irlande du Nord, de Suède, de Bosnie et de Chine – littéralement de partout. le monde."

Espérons que le même rassemblement enthousiaste se produise avec les Juifs !


Par Tzvi Fishman


38 vues0 commentaire

תגובות


bottom of page