top of page

Amour Amour Amour?

Dernière mise à jour : 31 mars 2023

Un enseignement du Rav Ginsburg







Notre génération n'aime pas haïr. Il est douteux qu'il y ait moins de haine entre les nations, les secteurs ou les individus dans le monde d'aujourd'hui. Mais comme une déclaration - nous voulons l'amour exclusivement. Les sentiments de haine sont considérés comme négatifs et honteux, ou comme une distorsion qui nécessite un traitement. A première vue, c'est une approche erronée. Après tout, l'amour du bien et la haine du mal sont liés - "Haïssez le mal et aimez le bien". [1] Le Tanya explique que la mesure d'un vrai tzaddik est sa haine du mal. La démarcation entre le bien et le mal détermine les frontières. La haine du mal crée le pouvoir de le rejeter et de s'en défendre. Une approche qui brouille les frontières, professant strictement l'amour et l'ouverture envers tout le monde et tout, crée la plupart des aberrations propres à notre génération : l'obscurcissement de la vérité, le lapsus éthique et pratique par rapport aux ennemis et la légitimation de la plupart des pulsions négatives. Cela dit, la démarche amoureuse fait partie du processus d'approche de la rédemption et elle a une étincelle messianique majeure. L'amour et la haine ont des charges émotionnelles opposées : l'amour est une énergie positive, tandis que la haine est une énergie négative. L'émotion de base dans le cœur devrait être l'amour - une charge d'émotion bonne, positive et constructive. La haine est intrinsèquement négative et même lorsque nous sommes obligés de l'employer, nous devons être extrêmement prudents pour ne pas l'adopter comme un attribut permanent. (Généralement, nos haines « justifiées-rationalisées » comportent une dimension de haine sans fondement, qui doit être transformée en amour par la contemplation, un bon œil et la compassion – comme expliqué au chapitre 32 de Tanya). Nous nous tournons vers la haine parce qu'il y a du mal dans le monde, mais notre aspiration n'est pas d'intensifier le mal, mais plutôt d'annuler la réalité du mal afin que nous n'ayons plus besoin de haine. C'est le destin messianique de "Et l'esprit d'impureté que j'ôterai de la Terre" [2] - l'abattage du mauvais penchant qui annulera le besoin de haine. Alors, nous pourrons voir avec des yeux de chair que Dieu a tout créé pour son honneur. Le Zohar décrit l'énergie qui transforme le monde en un meilleur endroit comme ithapcha (transformation), unique aux tzaddikim ("Et votre nation sont tous des tzaddikim" [3] ). Les Tsaddikim transforment les ténèbres en lumière et l'amertume en douceur. Il y a cependant une autre dimension de transformation : la transformation de la haine en amour. Ces trois dimensions de transformation sont un processus de passé-présent-futur, actualisé dans les trois fêtes de pèlerinage (les temps de joie transforment les jours réguliers en jours saints). Lors de la fête de la Pâque, nous transformons les ténèbres en lumière - l'exode d'Égypte, notre fondement historique, est l'exode des ténèbres vers une grande lumière (lorsque la lumière est allumée et que nous identifions le bien caché dans le sombre passé). A Chavouot, nous transformons l'amertume en douceur - le conseil de la Torah, plus doux que le miel, adoucit l'amertume de la réalité et guérit ses afflictions dans le présent. À Souccot, Dieu nous couvre d'une soucca de paix, et la joie éclate à travers toutes les frontières, nous permettant de transformer toute haine en amour - au sein de notre nation (lorsque tous les Juifs sont dignes de s'asseoir dans une souccah) et par rapport aux nations du monde, pour lesquelles nous sacrifions soixante-dix vaches à Souccot. Souccot est la fête du futur, quand toutes les nations du monde monteront à la Maison de Dieu. Après l'annulation du mal, quand les ténèbres se seront changées en lumière et l'amertume en douceur, nous pourrons transformer tout le poids de la haine en la puissance de l'amour. [1] Amos 5:15. [2] Zacharie 13:2. [3] Esaïe 60:21.


7 vues0 commentaire

Comments


bottom of page