top of page

Es-tu homme ou femme ? Le pouvoir de choisir

Dernière mise à jour : 6 nov. 2023




Texte retranscrit et traduit à partir du cours vidéo du Rav Ginsburgh « Are you male or female ? The power of choise »

https://www.youtube.com/watch?v=rWjnJddP6jM



A la fin de l'histoire de la création, il est écrit : «Vayechulu hashamayim veha'aretz vechol tzeva'am » « Et les cieux et la terre et toutes leurs armées [dans le sens hôtes, habitants] furent achevés ». Les sages expliquent que le mot pour "tzva'am" "armées " (un beau mot qui peut faire allusion à l'armée des Maccabées à Hanoukka), ils expliquent [donc] que "tzva'am" est comme [le comprendre comme] "l'tzivyonam", que tout a été créé "l'tzivyono". C'est quoi "tzivyono" ? « Tzivyon » signifie « leur volonté – leur désir» [donc selon leur volonté].

C'est son image et la beauté qu'il choisit pour lui-même. C'est ce qui est écrit, tout ce que D.ieu crée ; il crée un chat [par exemple] et il demande au chat - dans le ciel - "veux-tu être un chat ? Un chat est exactement comme ceci et cela », « oui [je veux] ! ». Et [il le crée] seulement lorsque cette créature a choisi pour elle-même son image. Il existe un autre signe explicite de ce choix, à savoir que chacun choisit de sa propre volonté, quelle est son image. Ceci est également conforme à une règle importante, inscrite dans la Kabbale et la hassidout. Ceci est écrit dans l'Histoire de la création, avec Adam "nous ferons l'homme à notre image, à notre ressemblance". L'image c’est "tzelem" et la ressemblance c’est "dmut". Dans la grammaire hébraïque "tzelem" est à la forme masculine et "dmut" est à la forme féminine et il est écrit que le "tzelem" (image) est l'homme et la dmut (ressemblance) est la femme. "Nous ferons Adam", cela inclut les deux [Eve]. "Et il leur donna le nom d'Adam". Le nom commun de l'homme et de la femme est Adam. Et Dieu dit : "Nous ferons Adam à notre image, à notre ressemblance". L'image est l'homme et la ressemblance est la femme. Le mot Hanukah peut être décomposé en "hanu" et "koh". "Koh" fait référence à une ressemblance. En grammaire hébraïque, il représente la ressemblance. Il est écrit que toute cette fête est la fête de la rectification du "Koh" (ressemblance) qui est la ressemblance de la femme. Et la ressemblance est le "tzivyon". Et chaque personne a choisi d’être exactement ce qu'elle est. Toutes les caractéristiques ! Ils demandent à la personne – et ils me l'ont demandé avant de descendre dans ce monde : "Veux-tu être riche ou pauvre ?" Alors j'ai dit l'un des deux. Et ce fut exhaussé. C'est vrai pour tout. Cela est mentionné des centaines de fois dans les livres saints sauf une seule fois, ou il fut écrit par l'un des derniers érudits, qu'apparemment, cela ne concerne pas le choix d'être soit un homme soit une femme.

Nous arrivons maintenant à un point essentiel et principal : ai-je choisi d'être un homme ? Avez-vous choisi d'être une femme ? Ou est-ce quelque chose que seul Dieu détermine ? Il y a un livre où il est écrit qu'à leur origine, les âmes sont soit masculines, soit féminines. Il y a une âme masculine et il y a une âme féminine. Il n'y a pas de libre choix en la matière. Si vous êtes une âme féminine, rien ne peut changer cela. Si je suis une âme masculine, rien ne peut changer cela non plus. Mais cette opinion n'est pas partagée. Il est écrit "Plus haut que le haut veille, et il y a toujours un plus haut qu’eux" [un supérieur et toujours sous l’autorité d’un autre supérieur. Et au-dessus d’eux il y a un autre supérieur.] L'endroit où il est déjà déterminé si l'âme sera mâle ou femelle, n'est pas le "Ein" –« le néant » mais le mazal d'Israël. C'est un état d’être. Dans cet état d'être, il est déjà déterminé si l'âme est masculine ou féminine. Mais il y a plus haut que le haut et il y a une origine encore plus haute que cela où l'âme est néant, et là, elle choisit si elle veut être un homme ou une femme. Elle peut aller dans un sens ou dans l'autre. Le principe du choix est maintenant dans le processus d'ascension. Le pouvoir du choix, alors que nous approchons de la rédemption. Comment cela s'exprime-t-il à l'extérieur ? Exactement ce que nous voyons, malheureusement, un phénomène très négatif. Les gens deviennent confus à propos de leur genre. Et ils pensent que peut-être maintenant « je peux choisir l'autre sexe ». Vous devez savoir que vous avez choisi d'être un homme et que vous avez choisi d'être une femme. Et c'est ce qu'il y a de mieux pour vous. Où ? Dans le "Ein" (le néant). Nous avons dit précédemment que seules les personnes très pieuses choisissent ce qui leur arrive dans leur vie. Il y a une histoire de Rabbi Na'hman de Breslev qui s'appelle "Les sept mendiants". Dans cette histoire, le premier mendiant est aveugle, ils sont tous assis ensemble et chacun raconte son tout premier souvenir. L'un d'eux dit qu'il se souvient de l'époque où il n'était rien de plus que visible, quelque chose de spirituel, avant que son âme ne descende dans le monde. Chacun dit ce dont il se souvient jusqu'à ce qu'ils arrivent au mendiant aveugle. Aveugle signifie qu'il ne se soucie pas de ce monde, qu'il ne le voit pas du tout. Il dit : "Je me souviens que j'étais Ein (le néant)". Et tout le monde s'étonne, disant qu'il se souvient de plus de choses que tous les autres. Chacun se souvient de quelque chose de très spirituel. Mais être spirituel et être le néant sont deux choses très différentes. Il dit : "Je me souviens quand j'étais le néant". En ce qui concerne le tsadik qui se souvient du moment où il était le néant, on peut dire qu'il choisit consciemment son avenir. Mais "Ein" mazal d'Israël(1), tout juif a cette origine de "Ein", ce n'est juste pas dans sa conscience. Il ne se rappelle pas quand il était le néant comme le mendiant. Mais maintenant que nous approchons de la rédemption, nous devons nous rappeler de plus en plus le "Ein mazal" d'Israël. C'est le Machia'h. Quel est le nom du Roi Machia'h ? Menahem. Quelle est la valeur numérique de "Ein mazal" ; qui est "Ein mazal" ? Elle est égale à Menachem. " Menahem est son nom ". "Ein mazal" pour Israël est égal à Menahem pour Israël. Il y a le Mashiah pour Israël




(1) Pour en savoir plus sur le Ein Mazal leisraël :


1- Ein mazal leyisra'el est la façon dont le Ba'al Shem Tov lit le passage du Talmud (Shabbat 156a), qui signifie littéralement "le peuple juif n'a pas de signe du zodiaque", en d'autres termes, les Juifs ne devraient pas se sentir qu'ils sont gouvernés par les étoiles - un symbole non seulement de l'influence astrologique sur la vie des gens, mais aussi de tout type de système de règles ou de lois (scientifiques par exemple) qui serait considéré comme déterministe. Au lieu de cela, un Juif devrait toujours sentir qu'il est directement guidé par le Créateur de l'Univers sans aucun intermédiaire.

La lecture originale est "Ein mazal leyisrael" et le Ba'al Shem Tov l'a lu comme "Ayin mazal leyisrael", ce qui signifierait que ce qui ne peut être saisi ou compris, c'est-à-dire l'essence de Dieu, est le "mazal", le facteur déterminant dans la vie d'un Juif. Un exemple serait de savoir si oui ou non les statistiques acceptées pour la guérison d'une maladie mortelle devraient troubler un Juif. Selon le Ba'al Shem Tov (et tel qu'il a été développé profondément et largement par le Rabbi de Loubavitch), un Juif ne devrait pas tenir compte des statistiques et placer plutôt une confiance totale dans le Tout-Puissant qui tient sa vie entre ses mains et est compatissant et bienveillant. Par le Rav Moshe Genuth


2- Ein mazal d’Israel : […] Le Mazal du Juif « Eïn Mazal LeIsraël = il n’y a pas de Mazal pour Israël », et pourtant, Israël possède bien un Mazal. Et ce Mazal est infiniment plus élevé que tous les anges protecteurs et Mazal des nations car le Mazal d’Israël est le « Eïn », l’annulation de l’ego. C’est pour cela que l’on dit au même endroit, que « Bari Mazalé, son Mazal est fort et puissant », et cela s’écrit « Bar-Youd-Alef, celui qui possède le niveau du 11 » (Le 11 étant le niveau qui est au-dessus de celui de l’enchaînement des mondes comportant 10 Sefirot, alors que lui est du niveau de la Couronne, Keter qui surplombe tous les mondes) […]Adar et la Délivrance finale Le travail du mois d’Adar, dans lequel « le Mazal est fort et puissant pour Israël », est d’amener la délivrance totale et définitive, de la manière la plus éclatante, grâce au Machia’h, notre juste qui est appelé « Adir, fort », alors se dévoilera la force du Mazal d’Israël dans le monde entier qui sera une demeure pour Lui, qu’Il soit béni. https://www.viveleroi770.com/le-point-sur-la-gueoula-n23/.]

24 vues0 commentaire

Comments


bottom of page