top of page

La Quatrième Révolution : Rabbi Ginsburgh et Rabbi Shmuel Eliyahu Partie 2

Dernière mise à jour : 28 juin 2022



Récemment, un grand projet de diffusion de la Torah sur Internet a été lancé. L'idée est d'atteindre tous les peuples du monde suite à l'appel du rabbin Ginsburgh pour une quatrième révolution dans l'apprentissage de la Torah. À la lumière de ce projet, le rabbin Yitzchak Ginsburgh a rencontré le rabbin Shmuel Eliyahu, le grand rabbin de Tzfat. Les rabbins et les autres personnes présentes à la réunion ont discuté de la Quatrième Révolution : Qu'est-il permis d'enseigner aux nations du monde ? Quelle relation devrions-nous avoir avec les congrégations noachides ? Quel est le bon chemin de conversion ? Ce fut une rencontre particulièrement agréable, au cours de laquelle l'honneur et l'amour mutuels entre les deux rabbins étaient palpables. Ce qui suit est la partie 2 des extraits traduits de la réunion. https://www.inner.org/main-posts/the-fourth-revolution-rabbi-ginsburgh-and-rabbi-shmuel-eliyahu-part-2


Rabbi Eliyahu : Pouvons-nous parler aux non-juifs de la dimension intérieure de la Torah ?

Rabbi Ginsburgh : Oui, la ‘Hassidout est la foi. Tout est foi. La hassidout est quelque chose qu'une personne qui la mérite - y compris un non-juif - sent que c'est la vérité. Nous avons besoin de quelque chose qui soit beau, attrayant pour les autres, et qui contienne également ce sentiment intérieur de rencontrer la vérité. Nous devons leur tendre la main à ce stade, afin qu'ils reconnaissent la vérité. Alors ils abandonneront leur culte d'idoles. D'abord dans leur cœur. Ils deviendront juifs dans leur cœur.

Après, la prochaine étape, qui ne relève pas exactement de notre responsabilité, est le sujet que nous souhaitons aborder. Que faire de ceux qui souhaitent entrer complètement dans le judaïsme, de ceux qui souhaitent se convertir ? D'après ce que je comprends—je ne suis pas un expert dans le domaine—mais je comprends qu'actuellement, il n'y a pas d'infrastructure pour accueillir beaucoup de gens qui souhaitent se convertir. Nous n'avons pas non plus les outils pour les examiner pour voir si leur véritable intention est de vivre en tant que Juifs.

Lorsque j'envisageais ce processus, je pensais que vous étiez une bonne personne pour gérer la prochaine étape, pour gérer la conversion proprement dite. Le point principal selon la loi juive est que dès qu'il est évident que la personne est sérieuse quant à son intention de se convertir, le processus ne doit pas être fastidieux et traîner en longueur. [1]Notre objectif devrait être d'enseigner au converti les principales matières qu'il ou elle doit connaître. Nous devons nous rappeler que si cet individu vient se convertir après avoir déjà entendu une année de cours, alors il en sait déjà beaucoup. La conversion doit être bonne. Le rabbin qui effectue la conversion doit sentir si une personne souhaite se convertir pour le ciel ou non. Mais je crois – j'en suis certain – qu'il y en aura beaucoup qui voudront vraiment se convertir pour l'amour du Ciel. Personnellement, je ne m'occupe pas des conversions, mais j'ai un certain nombre d'étudiants qui le font.

Rabbi Eliyahu : La souveraineté doit être rendue à Dieu, dit le rabbin.

Rabbi Ginsburgh : La question est de savoir si nous devons attendre que cela se produise… Il est écrit que le Machia'h ne peut pas venir tant que tous ceux qui ont besoin de se convertir ne le feront pas. [2] Après la venue du Machia'h, les convertis ne seront pas acceptés. [3] Nous devons donc nous hâter de convertir quiconque a une étincelle juive afin d'apporter la rédemption.

Rabbi Eliyahu : La même chose est vraie pour nous. Nous avons très envie de convertir, mais d'un autre côté, de nombreux problèmes sont survenus à cause de conversions qui n'étaient pas bonnes.

Rabbi Ginsburgh : C'est pourquoi un «sixième» sens concernant qui est vraiment sérieux est nécessaire. C'est le rôle de ceux qui effectuent réellement les conversions. C'est pourquoi nous vous avons invité.

Rabbi Eliyahu : Alors nous nous enfuyons…

Rabbi Ginsburgh : Il est interdit de s'enfuir !

Rabbi Eliyahu : Alors le rabbin devrait nous bénir.

Rabbi Ginsburgh : Dans le mérite du mazal de ce mois, puisse-t-il y avoir une sainte assurance.

Rabbi Eliyahu : Nous avons besoin de beaucoup d'aide céleste. C'est impossible sans elle. Le rabbin parle d'une entreprise énorme.

Concernant les non-juifs, il est écrit : « Alors vous verrez, et vous serez illuminés, et effrayés et votre cœur s'élargira. [4] Grande illumination mais aussi peur. C'est à la fois effrayant et très joyeux.

Rabbi Ginsburgh : C'est le secret de « Pachad Its'hak » [5] [littéralement, « la peur d'Isaac, qui signifie aussi « la peur rira »] . Que la peur se transforme en rire. [6]

Il est écrit que pachad (la peur) est la rectification de peh-echad (unanimité) [7] — que tous reconnaîtront à l'unanimité qu'il y a un Dieu en Israël.

Je vois le tableau comme suit : Il y a la première étape de diffusion au cours de laquelle nous devons toucher des millions, le plus possible. Vient ensuite la deuxième étape, voire la troisième, qui consiste à accepter ceux qui étudient la Torah. Ce n'est pas exactement notre rôle, mais parce que c'est l'objectif final, et que le Machia'h l'attend, nous devons nous en occuper et nous assurer que tous les outils et vaisseaux existent. Concernant la première étape, les gens vont déjà se renseigner sur toutes les personnes qui décideront de se convertir.

Il y a aussi la deuxième étape, intermédiaire. Ceux qui sont impliqués dans ce domaine disent qu'il y a le stade où la personne ne souhaite pas encore se convertir, mais il pose soudainement des questions relatives à la loi juive. Il demande : « Je ne suis pas chrétien ; la conversion est trop pour moi. Que suis-je maintenant ? Il y a des suggestions pour établir des communautés pour Noahides. Je ne peux même pas complètement expliquer pourquoi, mais cette direction ne me convient pas.

[Commentaire d'un des présents : Certains disent à propos de l'implantation des communautés noahides que non seulement elles ne les font pas avancer, mais qu'elles les font reculer. Il y a des chrétiens qui ne vont pas à la plage, ne regardent pas la télévision, prient beaucoup et ensuite ils viennent voir un rabbin de Noahides et tout ce qu'il leur dit c'est "Ne tuez pas" etc. et lui permet de tout faire les autres choses qu'ils ne faisaient pas auparavant….]

Rabbi Eliyahu : Certains disent qu'il y a des dizaines ou des centaines de millions de Juifs totalement assimilés au monde non juif aujourd'hui.

Rabbi Ginsburgh : Les descendants des conversos en Espagne. Cette estimation est sans les dix tribus. Si nous les ajoutons, c'est clairement l'ampleur.

Rabbi Eliyahu : J'ai lu qu'il y a cent cinquante ans en Europe, principalement en Allemagne, il y avait beaucoup de conversions juives au christianisme. En Russie aussi. Je ne connais pas les chiffres exacts.

Rabbi Ginsburgh : Le Rabbi de Loubavitch a dit un jour qu'il y a dix millions de Juifs en Russie qui ne savent pas qui ils sont.

Rabbi Eliyahu : Il y a un livre intitulé « L'histoire du sionisme », dans lequel il est écrit qu'il y a cent cinquante ans, il y avait beaucoup d'assimilation dans toute l'Europe, dans les générations après Mendelsohn. Le mouvement réformiste est né pour tenter de l'arrêter. En fin de compte, ils sont également tombés dedans, mais au début, ils ont tenté de l'arrêter. Aujourd'hui, il y a assimilation sans conversion. Mais à l'époque, ils se sont convertis au christianisme afin d'améliorer leur statut et leur carrière.

[Commentaire d'une des personnes présentes : J'ai récemment vu une citation du Rabbi de Sanz, selon laquelle après l'Holocauste, il y a des millions de personnes qui doivent retourner dans ce monde en tant que Juifs, mais parce qu'il n'y a pas assez de mères juives, elles sont envoyées ce monde en tant que convertis potentiels.]

Rabbi Eliyahu : Il y a des discours du Rabbi de Loubavitch sur la rectification du monde. Il y a une rectification associée au conflit et il y a une rectification qui découle de l'amour bienveillant.

Rabbi Ginsburgh : Le Rabbi a dit qu'Esaü est prêt pour la rédemption [8] et le problème est que nous ne sommes pas prêts à les accepter. Puis, quand Jacob a envoyé (les cadeaux) à Esaü, Jacob était préparé et Esaü ne l'était pas. [9] Aujourd'hui, c'est le contraire qui est vrai. Esaü est avant tout le christianisme.

Rabbi Eliyahu : Mais comment faire la différence entre Esaü et Amalek ? Il y a un verset : « Quand toute la terre se réjouira, je te désolerai. Comme vous vous êtes réjouis de l'héritage de la maison d'Israël, parce qu'il était désolé, je vous ferai de même; tu seras désolé, ô mont Seir, et tout Edom » [10]

Rabbi Ginsburgh : Le grand-père et le petit-fils (Esaü et Amalek). Quoi qu'il en soit, Esaü a le mérite de ses ancêtres [Isaac et Abraham] .

[Une discussion s'ensuit sur la clarification d'Amalek].

Les descendants d'Haman apprennent la Torah. [11] Ils se sont convertis à un certain moment.

Rabbi Eliyahu : Et les musulmans ?

Rabbi Ginsburgh : Très intéressant. D'une part, selon le Rambam, ils sont plus en ligne que les chrétiens. [12] D'autre part, il écrit [13] qu'ils sont pires, parce qu'ils nient la Torah. Avec un chrétien, il y a un semblant de quelque chose en commun. Il croit en la Bible, et si vous lui montrez un verset, il lui parle. Mais finalement, Yishmael reviendra également. Il y a des avis [14]concernant le pourcentage de non-juifs qui restera à l'époque du Machia'h. Certains disent qu'un tiers restera. Il y a une opinion que Cham sera parti et Japhet restera. Sem et Japhet. Il y a plusieurs opinions, mais rien de décisif. Mais il est clair que Yishmael aujourd'hui, l'Islam, compte plusieurs millions. Apparemment un peu moins que les chrétiens, mais ensemble, ils sont majoritaires dans le monde. Nous devons donc les atteindre également.

Nous avons aussi des exemples : Sur notre site Web, qui n'est pas spécifiquement destiné aux non-juifs, il y a beaucoup de personnes de pays musulmans qui répondent et souhaitent se convertir, et certaines d'entre elles sont très sérieuses. Ils sont dans une situation très difficile et risquent d'être découverts. Esaü, en revanche, ne persécute pas ceux qui souhaitent se convertir. Nous leur créons des problèmes lorsqu'ils viennent se convertir. Mais dans les pays musulmans, ils sont en danger. Même dans un pays musulman très hostile, il y a des gens avec qui nous sommes en contact qui veulent fuir et se convertir. Ils y répandent même la Torah.

Rabbi Eliyahu : Le problème avec les Arabes, c'est qu'on ne peut pas se fier à la vérité de ce qu'ils disent. Même si vous parlez avec quelqu'un, et qu'il est poussé à retourner à Dieu, il n'a pas de vérité intérieure. Même lorsqu'ils prêtent serment, "leur bras droit est le bras du mensonge".

Rabbi Ginsburgh : Pas plus tard qu'hier, nous avons parlé du verset : "Je déteste la bouche désobéissante". [15]

Rabbi Eliyahu : Mais cela ne nous déresponsabilise pas. Il est écrit : « Car alors je me tournerai vers les nations dans un langage clair, afin qu'elles invoquent toutes le nom de Dieu et le servent d'une seule épaule. [16] Comme l'a dit le rabbin, "à l'unanimité".

Le Rambam écrit que le christianisme et l'islam ouvrent la voie aux jours du Machia'h. [17] La ​​question est de savoir comment se rapporter à cette question. La question est de savoir comment nous restons attentifs à ne pas nous faire plaisir d'une part, et d'autre part à utiliser des concepts qui leur sont familiers. Nous devons être précis. C'est dangereux. Dans l'armée, avant chaque entraînement au tir, ils lisent toutes les règles - chaque fois qu'ils répètent les mêmes avertissements.

Rabbi Ginsburgh : Dans la prochaine étape, nous devrons peut-être organiser une réunion avec des personnes que nous connaissons et qui sont très enthousiastes à propos de cette question.

Rabbi Eliyahu : Volontiers.

Rabbi Eliyahu : Rabbi, à de nombreux endroits dans les Psaumes, il semble que le retour des nations à Dieu se fera par la musique.

Rabbi Ginsburgh : Ça sonne bien. Je suis pour, j'aime ça...

Rabbi Eliyahu : Nous devons penser à la signification de cela de notre point de vue. Nous devons diffuser une musique appropriée.

[Une discussion s'ensuit sur le fait de travailler sur Internet par opposition aux rencontres en direct.]

Une des personnes présentes : Est-il permis d'amener des non-juifs pour une tournée d'une semaine en Israël ?

Rabbi Ginsburgh : Nous avons toujours dit qu'il n'est approprié que pour ceux qui ont une certaine volonté de se convertir.

Rabbi Eliyahu : Après un an d'étude de la Torah, comme condition.

Rabbi Ginsburgh : Peut-être.

[Une discussion détaillée sur les moyens de progresser s'ensuit].

Rabbi Ginsburgh : Que Dieu aide et cela réussira. Au nom de Dieu, nous le ferons et nous réussirons !


[1] . "Nous l'acceptons immédiatement", Yevamot 47a. Hilchot Issurei Bee'ah 14:1 (et voir halakha 5 ici). Shulchan Aruch Y oreh Dei'ah 268:2.

[2] . Voir Likutei Moharan 1, 17:6.

[3] . Yevamot 24b : "Les convertis ne sont pas acceptés à l'époque du Machia'h."

[4] . Esaïe 60:10.

[5] . Genèse 31:42.

[6] . Lev Lada'at de Rabbi Ginsburgh , Perek B'Avodat Hashem , bei'ur 8 (pp. 38ff).

[7] . Voir Piskei HaRosh (Sa'adon) Netiv 37, 94:4 et dans le livre de Rabbi Ginsburgh , U'kematmonim Techapssenah Vol. 1 , fin p.90.

[8] . Discours pour Parashat Vayeitzei , 9 Kislev 5752.

[9] . Torah Ou Vayishlach au début (24:2).

[10] . Ézéchiel 35:14-15.

[11] . Gittin 57b.

[12] . Par exemple, voir Hilchot Avodah Zarah 9:4. Hilchot Ma'achalot Assurot 11:7.

[13] . Responsa 149 de Rambam : « Il est permis d'enseigner les commandements aux chrétiens et de les attirer vers notre religion. Mais cela n'est pas permis en ce qui concerne les Ismaélites, comme vous le savez, en ce qui concerne leur croyance que la Torah devant nous ne vient pas du Ciel.

[14] . Sanhédrin 111a.

[15] . Proverbes 8:13.

[16] . Sophonie 3:9.

[17] . Hilchot Melachim 11:4.



9 vues0 commentaire

Комментарии


bottom of page