top of page

La Quatrième Révolution : Rabbi Ginsburgh et Rabbi Shmuel Eliyahu Partie 1.

[Sur l'enseignement de la Torah aux non-juifs]


https://www.inner.org/main-posts/the-fourth-revolution-rabbi-ginsburgh-and-rabbi-shmuel-eliyahu


Récemment, un grand projet de diffusion de la Torah sur Internet a été lancé. L'idée est d'atteindre tous les peuples du monde suite à l'appel du rabbin Ginsburgh pour une quatrième révolution dans l'apprentissage de la Torah. À la lumière de ce projet, le rabbin Yitzchak Ginsburgh a rencontré le rabbin Shmuel Eliyahu, le grand rabbin de Tzfat. Les rabbins et les autres personnes présentes à la réunion ont discuté de la Quatrième Révolution : Qu'est-il permis d'enseigner aux nations du monde ? Quelle relation devrions-nous avoir avec les congrégations noachides ? Quel est le bon chemin de conversion ? Ce fut une rencontre particulièrement agréable, au cours de laquelle l'honneur et l'amour mutuels entre les deux rabbins étaient palpables. Voici des extraits traduits de la réunion. Pour plus d'explications sur ces sujets, voir également le numéro 22 de Wonders (disponible en ligne sur : https://inner.tiny.us/Wonders22).



Rabbi Eliyahu : Le sujet de notre influence sur les nations du monde est le sujet le plus important qui concerne le public. Parfois, je dis que toute notre liturgie est fondée là-dessus, à l'exception de la prière silencieuse. Dans la version séfarade, nous prions également pour les nations du monde dans la prière silencieuse, lorsque nous disons : « Et rassasie le monde entier de ta bonté ». Dans les prières des grandes vacances, c'est tout, alors que nous prions pour le royaume de Dieu sur le monde entier.


Rabbi Ginsburgh : Tout est dans le but de sanctifier le Nom de Dieu. A la fois l'accomplissement du verset relatif aux nations du monde, "Et elles vous craindront" [1] , et aussi qu'elles auront le mérite de prier.


Rabbi Eliyahu: Ce sont les deux explications du nom "Mont Moriah" - cela signifie la crainte et la prière. [2]


Rabbi Ginsburgh: Le rabbin Yosef Yaavetz a dit à propos du rabbin Chasdai [Crescas] - il y avait une sécheresse en Espagne et avec ses prières, il a apporté la pluie. Le Yaavetz écrit que de nombreux ministres de l'État sont devenus juifs dans leur cœur. C'est l'expression qu'il a utilisée.


Rabbi Eliyahu : Il y avait une histoire à Jérusalem, rapportée par le Ben Ish Chai, [3] qu'il y avait une sécheresse et le dirigeant arabe a dit aux Juifs que si la pluie ne tombait pas, il les expulserait tous. Ils ont prié sur la tombe de Shimon Hatzaddik et sont sortis avec des imperméables. Le Rav [se référant au rabbin Ginsburgh] est-il familier avec cette histoire ?


Rabbi Ginsburgh : Oui, je l'ai entendu. C'est une sanctification du nom de Dieu, alors qu'il est facile de voir qu'il y a un Créateur du monde qui veille sur le monde et entend toutes les prières de sa nation élue, "Mon fils premier-né, Israël." [4]


Rabbi Eliyahu : Le problème est qu'il y a ceux qui veulent influencer les non-juifs en se prosternant devant Haman [5] , en essayant d'être comme tout le monde. Nous devons nous méfier de cela. Une fois, mon père (le rabbin Mordechai Eliyahu, de mémoire juste et bénie) m'a dit de dire aux grands rabbins lorsqu'ils allaient rendre visite au pape qu'ils devaient attacher un balai à leur dos. Pourquoi? Il croyait que même baisser la tête devant le pape était considéré comme de l'idolâtrie. Alors, pour s'empêcher de même baisser la tête, ils devraient mettre un manche à balai dans leur chemise. Quand ils sont revenus, le rabbin m'a dit qu'il avait encore mal au dos à force de marcher aussi haut.


Rabbi Ginsburgh: "Et Mordechai ne s'agenouillerait pas et il ne s'inclinerait pas." [6] Même avant de s'incliner, il y a un état d'agenouillement [7] et il faut s'en méfier.


Rabbi Eliyahu : Le rabbin sait-il que mon père porte le nom de Mordechai du rouleau d'Esther parce qu'il est né au mois d'Adar ?


Rabbi Ginsburgh : « Mordechai dans sa génération comme Moïse dans sa génération. [8] Le mazal affirmé et sain du mois d'Adar. [9]


Rabbi Eliyahu : J'ai rencontré les personnes à l'origine de ce projet [de diffusion de la Torah aux nations du monde] et nous avons besoin de directives sur la manière d'influencer les non-juifs au moyen de leçons de Torah sur les canaux numériques. Dans la loi juive, il y a deux extrêmes. Il y a ce que le Shlah a écrit [10] sur la dangerosité d'enseigner aux non-juifs, que c'est l'un des serments [11] etc. D'un autre côté, il est écrit que lorsque les Juifs sont entrés en Terre d'Israël , ils ont écrit la Torah dans les soixante-dix langues du monde [12] ainsi que la prière entière de « Rendez grâce à Dieu… annoncez ses exploits aux nations du monde ». [13] Il est écrit que le Hodula prière contient dix synonymes de « parole », en parallèle avec les dix paroles avec lesquelles le monde a été créé. [14] Nous devons faire descendre la Torah dans le monde, que ce soit par le pouvoir de la Création (les Dix Paroles) ou par le pouvoir des Dix Plaies d'Egypte. Apparemment, nous avons besoin de tous.


Rabbi Ginsburgh : Les fléaux sont censés être sauvés pour Amalek… Tous les autres non-juifs devraient suivre le chemin du premier juif, Abraham, qui a fait connaître la piété à travers le monde. C'était son sacrifice de soi, sa mission – promulguer la Divinité. Pour faire aimer Dieu - "Et tu aimeras Havayah ton Dieu." [15] C'est une mitsva de faire aimer Dieu de tous. [16]Ceci est une sanctification du Nom de Dieu. Le faire aimer signifie amener l'autre à l'aimer. Il semble que dans notre génération, nous devons enseigner chaque pensée de la Torah qui peut faire aimer la Torah. Il n'est pas nécessaire d'être plus plat, Dieu nous en préserve. Il n'est pas non plus nécessaire de laisser la moindre place aux fausses croyances et superstitions non juives. Il faut savoir les repousser respectueusement, sans flatterie, mais en même temps enseigner tout ce qui peut faire aimer la Torah et le judaïsme. Le moment est venu. Le monde cherche Dieu, il a soif de cela. Tout le monde est aveugle, comme l'écrit le prophète, [17]et beaucoup de gens veulent voir un peu de lumière. À mon avis, il n'y a pas beaucoup de limites, c'est-à-dire des choses qu'il nous est interdit d'enseigner ou d'apprendre avec un non-juif. En fait, lorsqu'il s'agit de litiges halakhiques - les lois discutées dans Choshen Mishpat - même un non-juif peut être une autorité importante - parce que les non-juifs sont également tenus de respecter ces lois de litige. [18]


Rabbi Eliyahu : Et aussi des questions de foi.


Rabbi Ginsburgh : Certainement des questions de foi. C'est l'objectif principal. Mais il faut en discuter en profondeur. La foi n'est pas une chose simple. L'étude de la foi est infinie.


Rabbi Eliyahu : Pouvons-nous parler aux non-juifs de la dimension intérieure de la Torah ?


Rabbi Ginsburgh : Oui, la ‘Hassidout est la foi. Tout est foi. La hassidout est quelque chose qu'une personne qui mérite - y compris un non-juif - sent que c'est la vérité. Nous avons besoin de quelque chose qui soit beau, attrayant pour les autres, et qui contienne également ce sentiment intérieur de rencontrer la vérité. Nous devons leur tendre la main à ce stade afin qu'ils reconnaissent la vérité. Alors ils abandonneront leur culte d'idoles. D'abord dans leur cœur. Ils deviendront juifs dans leur cœur.


Après, la prochaine étape, qui ne relève pas exactement de notre responsabilité, est le sujet que nous souhaitons aborder. Que faire de ceux qui souhaitent entrer complètement dans le judaïsme, de ceux qui souhaitent se convertir ? Il y aura certainement un pourcentage important de ceux qui écoutent les cours de Torah qui seront intéressés par la conversion. Lorsque cela se produira, cela signalera que le projet a réussi – lorsque de nombreuses personnes viendront se convertir. On ne parle pas de millions au départ, mais beaucoup voudront se convertir. D'après ce que je comprends—je ne suis pas un expert dans le domaine—mais je comprends qu'actuellement, il n'y a pas d'infrastructure pour accueillir beaucoup de gens qui souhaitent se convertir. Nous n'avons pas non plus les outils pour les examiner pour voir si leur véritable intention est de vivre en tant que Juifs.


Lorsque j'envisageais ce processus, je pensais que vous étiez une bonne personne pour gérer la prochaine étape, pour gérer la conversion proprement dite. Le point principal selon la loi juive est que dès qu'il est évident que la personne est sérieuse quant à son intention de se convertir, le processus ne doit pas être fastidieux et traîner en longueur. [19]Notre objectif devrait être d'enseigner au converti les principales matières qu'il ou elle doit connaître. Nous devons nous rappeler que si cet individu vient se convertir après avoir déjà entendu une année de cours, alors il en sait déjà beaucoup. La conversion doit être bonne. Le rabbin qui effectue la conversion doit sentir si une personne souhaite se convertir pour le ciel ou non. Mais je crois – j'en suis certain – qu'il y en aura beaucoup qui voudront vraiment se convertir pour l'amour du Ciel. Personnellement, je ne m'occupe pas des conversions, mais j'ai un certain nombre d'étudiants qui le font. [Il s'ensuivit une discussion sur l'obstacle créé par la loi israélienne du retour - l'éligibilité à la citoyenneté - comme condition de conversion devant les tribunaux rabbiniques, et une discussion sur les alternatives].


Rabbi Eliyahu : La souveraineté doit être rendue à Dieu, dit le rabbin.


Rabbi Ginsburgh : La question est de savoir si nous devons attendre que cela se produise… Il est écrit que le Machia'h ne peut pas venir tant que tous ceux qui ont besoin de se convertir ne le feront pas. [20] Après la venue du Machia'h, les convertis ne seront pas acceptés. [21] Il faut donc se hâter de convertir quiconque a une étincelle juive afin d'apporter la rédemption.


Soit dit en passant, l'un de nos étudiants, qui est impliqué dans la conversion ici en Israël, était auparavant shaliah en Russie et a été impliqué dans la conversion avec le rabbin Ashkenazi, puisse-t-il reposer en paix. Il m'a également raconté que les études d'aujourd'hui dans les centres de conversion comprennent une quantité importante concernant le sionisme. Non pas que je m'y oppose – je ne suis pas un extrémiste [contre le sionisme] – mais ce n'est pas l'étude de la Torah et des mitsva. Dans Chabad, aussi, il y a des discussions aujourd'hui sur les conversions, qu'elles doivent être faites ou non; ce n'est pas une question simple.


Rabbi Eliyahu : La même chose est vraie pour nous. Nous avons très envie de convertir, mais d'un autre côté, de nombreux problèmes sont survenus à cause de conversions qui n'étaient pas bonnes.


Rabbi Ginsburgh : C'est pourquoi un «sixième» sens concernant qui est vraiment sérieux est nécessaire. C'est le rôle de ceux qui effectuent réellement les conversions. C'est pourquoi nous vous avons invité.


Rabbi Eliyahu : Alors nous nous enfuyons…


Rabbi Ginsburgh : Il est interdit de s'enfuir !


Rabbi Eliyahu : Alors le rabbin devrait nous bénir.


Rabbi Ginsburgh : Dans le mérite du mazal de ce mois, puisse-t-il y avoir une sainte assurance.


[1] Deutéronome 28:10 "Et toutes les nations de la terre verront que le nom de Dieu est invoqué sur toi et elles te craindront."


[2] Voir Ramban sur Genèse 22:2. "Car là ils craindront Dieu et se prosterneront devant lui."


[3] [3] Od Yosef Chai, Beshalach (l'histoire de Rabbi Galanti).


[4] Exode 4:22.


[5] . Comme les Juifs l'ont fait au temps de Mardochée et d'Esther. Ils croyaient qu'en imitant les nations du monde, ils seraient mieux placés pour les influencer.


[6] Esther 3:2.


[7] Voir Berakhot 34b.


[8] Esther Rabbah 6:2.


[9] Taanit 29b. Voir Rosh Ibid. 4h32.


[10] Masechet Shavu'ot , Ner Mitzvah §102.


[11] Ketubot 111a. Les sages apprennent qu'il y a trois vœux auxquels le peuple juif a consenti, dont l'un est de "ne pas révéler le secret aux non-juifs", ce que Rashi écrit fait référence au "secret du raisonnement de la Torah".


[12] Sotah 32a et 36a.


[13] 1 Chroniques 16:8.


[14] Voir Abudraham, Prières matinales du Shabbat.


[15] Deutéronome 6:5.


[16] Sifri sur le verset "Faites-le bien-aimé sur les créations comme l'a fait Abraham votre père." Et dans le Sefer Hamitzvot du Rambam , Commandement Positif 3: "Qu'Il nous a commandé de L'aimer, le Tout-Puissant... Et ils ont déjà dit que cette mitsva comprend également que nous recherchions et invoquions tous les gens à Son service et au service de Son Tout-Puissant. croire en Lui. Et c'est parce que lorsque vous aimez une personne, vous mettez votre cœur sur elle et la louez et désirez que d'autres personnes l'aiment. Et ceci est une parabole sur la façon d'aimer vraiment Dieu…


[17] Esaïe 42:18, par exemple.


[18] C'est particulièrement vrai selon le Ram'a (Responsa du Ram'a part 10) qui est d'avis que la directive dans les 7 Commandements Noahides d'établir des tribunaux fait référence à des tribunaux selon la loi juive.


[19] « Nous l'acceptons immédiatement » – Yevamot 47a : Rambam, Hilchot Yesodei Bi'ah ch. 14:1 (et voir halakha 5 ici). Shulchan Aruch Y oreh Dei'ah 268, B.


[20] וראה לקומ"א יז,ו.


[21] Yévamot 24b. "Les convertis ne sont pas acceptés à l'époque du Machia'h."

106 vues0 commentaire

Comments


bottom of page