top of page

Le rabbin Ginsburgh répond aux questions sur l'enseignement de la Torah aux non-juifs Partie 1

Dernière mise à jour : 6 nov. 2023

https://www.inner.org/non-jews/the-fourth-revolution-rabbi-ginsburgh-answers-questions-on-teaching-torah-to-non-jews




"Le bras gauche les repousse tandis que le bras droit les rapproche"

Le concept de la Quatrième Révolution et l'enseignement de la Torah aux nations du monde suscitent de nombreuses questions, en particulier chez ceux qui travaillent, bottes sur le terrain, avec des non-juifs. L'une de ces personnes est le rabbin Daniel Tzafon, qui enseigne la Torah en espagnol sur Internet. Il y a un grand intérêt pour l'étude de la Torah en Amérique du Sud et les étudiants du rabbin Ginsburgh ont créé un certain nombre de canaux par lesquels ils enseignent la Torah en espagnol à grande échelle.

Récemment, le rabbin Daniel Tzafon a rencontré le rabbin Ginsburgh pour discuter de la bonne approche pour enseigner la Torah aux non-juifs. Voici des extraits traduits de leur conversation.

Rabbi Ginsburgh : J'ai beaucoup entendu parler de vos activités. Que les étudiants et les personnes qui reçoivent votre influence augmentent toujours – afin que la lumière atteigne le monde entier.

R' Daniel : Je sens qu'il y a un problème de manque d'identité pour les non-juifs qui apprennent la Torah. Quelle sera l'identité positive de ces non-Juifs qui reçoivent l'influence de la Torah et observent les Sept Commandements de Noahide ? Les gens aiment apprendre les enseignements des sages, les versets de la Torah, puis demander : « Et moi ? Lorsque certaines de ces personnes pratiquaient leur religion précédente, elles priaient trois heures par jour ou jeûnaient - et maintenant nous les appelons Noahides et leur disons simplement de ne pas manger de parties d'un animal vivant, seulement ce qu'il ne faut pas faire. Ce n'est pas assez.

Une deuxième question, encore plus importante : quelle culture auront ces gens ? Le judaïsme a un cadre culturel de coutumes, etc. Par exemple, j'ai prié les prières du soir dans une synagogue ici. J'entre et je sais comment ils prient, ce que je suis censé dire, ce que je ne suis pas censé dire, comment bouger. Chaque mouvement religieux a une culture et un chemin - comment chanter, quoi faire, etc. Mais ces gens sont maintenant exposés à de nouveaux contenus, à de nouvelles idées, et ils n'ont rien d'autre - aucune culture qui explique les idées - à part la Torah qui Ils sont en train d'apprendre. Quand un groupe de Noahides se réunit, comment sont-ils censés prier ? Doivent-ils lever la main ou non ? Devraient-ils chanter sur ce ton ou sur celui-là ? Cela peut sembler anodin, mais c'est très important.

Rabbi Ginsburgh : Oui, beaucoup posent des questions à ce sujet. Nous avons un livre intitulé « Kabbale et méditation pour les nations ». Il y a des réponses là-bas concernant la façon de prier, les coutumes, etc. Certains ont suggéré d'écrire un code de loi pour eux

R' Daniel : Et deux ou trois ont été écrits…

Rabbi Ginsburgh : Nous ne parlons pas seulement de cela. Vous parlez de renforcer un Noahide en tant que Noahide. C'est très important, bien sûr. Mais nous nous référons à quelque chose au-delà de cela - pour les éveiller, en général, à se rapprocher de la Torah, du Don de la Torah.

R' Daniel : Et se convertir ?

Rabbi Ginsburgh : Oui. Bien sûr, seuls ceux qui sont vraiment pertinents pour la conversion. Même si un sur mille se convertit, c'est un grand accomplissement, comme il est écrit : « Mille entrent dans (l'étude de) la Torah, cent en sortent, dix en sortent, un en sort. ” [1]Combien d'entre eux se convertiront réellement ? Nous ne pouvons pas le savoir maintenant, pas avant que la révolution ne prenne de l'ampleur. Mais avant tout, le monde trouvera du plaisir à la lumière de la Torah. Quelqu'un m'a envoyé une très belle citation du 'hassid Yaave'tz, qui parle de l'auteur de "Or Hashem", le rabbin Chisdai Karashkesh, qui a sanctifié le nom du ciel et de nombreux ministres du royaume "devenus juifs dans leur cœur". Nous ne savons pas ce qui se passe dans le cœur d'un non-juif, mais nous pouvons supposer que si cette idée est diffusée, elle atteindra des masses de gens et illuminera leur cœur. Que se passera-t-il après cela ? Nous ne savons pas exactement.

En ce qui concerne le fait d'amener des non-juifs à la Torah et à la conversion, il y a un problème que nous devons noter : le non-juif voit la nation d'Israël et l'État d'Israël comme une seule entité. L'État n'est pas identifié avec la Torah. Cela peut être très déroutant. Avec qui est-il censé s'identifier ?

R' Daniel : En général, les non-juifs qui se rapprochent sont des gens qui connaissent la Bible. Ils veulent voir les prophéties devenir réalité et s'identifient généralement à l'État d'Israël. Il y a beaucoup de non-juifs qui sont appelés "les amoureux d'Israël". Il y a même des églises qui commencent à se transformer en toutes sortes de « pré-synagogues ». Ils accrochent tous un drapeau israélien sur leur mur. C'est la première chose qu'ils font. Cela montre qu'ils voient les hauteurs élevées de la Nation d'Israël.

Rabbi Ginsburgh : Oui, c'est ce qu'il est dit dans Megillat Esther "Et beaucoup de nations du pays devinrent juives." Après avoir vu la grandeur des Juifs. Excellent.

R' Daniel : La question pratique est de savoir quoi faire de la conversion. Il y a beaucoup de conversions aujourd'hui, peut-être plus que jamais. Et il y a une affirmation selon laquelle la majorité de ceux qui se sont convertis ne respectent pas la Torah et les mitsvot. Par exemple, les convertis d'Amérique du Sud (d'après ce que je vois), il y en a qui souhaitent vraiment observer les mitsva - mais il y en a d'autres qui recherchent avant tout le statut - d'être la nation élue. Il existe de nombreuses castes ou classes en Amérique du Sud. Si vous demandez à quelqu'un en Colombie d'où il vient, il vous répondra qu'il vient de Colombie mais soulignera que ses parents sont espagnols. L'Amérique doit fermer ses frontières pour que les gens d'Amérique du Sud n'entrent pas parce que le rêve là-bas aujourd'hui est d'être américain. La conversion repose sur le même phénomène. La religion est très importante dans ces pays, et maintenant il est devenu important d'être juif. J'ai toujours pensé que c'était une raison pour ne pas encourager la conversion parce que je voyais cela comme une sorte de David et de Salomon.[2]

Rabbi Ginsburgh : Dans ces pays, il y a une chance qu'ils soient peut-être de lignée juive, descendants des conversos . On dit qu'il est impossible de savoir combien il y en a de millions.

R' Daniel : Ils savent aussi qu'ils devraient raconter cette histoire – mon grand-père… ma grand-mère au tribunal de conversion. Il y a des endroits comme Columbia où ils retardent beaucoup la conversion à cause de cas désagréables comme ceux-ci. Il y a ceux qui sont rejetés et ensuite ils viennent à un tribunal de conversion particulier ici en Israël pour se convertir.

Rabbi Ginsburgh : Il est difficile de blâmer les rabbins, mais un rabbin qui se convertit doit être très, très sage et très sensible – presque au niveau du ruach hakodesh – pour savoir qui devrait être autorisé à se convertir et qui ne devrait pas.

R' Daniel : Si j'encourage la conversion maintenant, je peux amener mille conversions en un an – je n'exagère pas. Peut-être même plus. Il n'est pas difficile de faire des convertis.

Rabbi Ginsburgh : Il y a un différend quant à ce qu'il faut faire en premier - le Sanctuaire ou les vaisseaux. [3] Betzalel était d'avis qu'il fallait d'abord construire le sanctuaire, afin qu'il y ait une place pour les vaisseaux. Moïse pensait autrement, mais finalement il était d'accord avec Betzalel. Ici aussi, parallèlement à la conversion, un lieu doit être préparé pour intégrer les convertis.

Il y a une expression d'un des Rabbi justes, l'Admor le Tzemach Tsedek qui a dit : « Je suis un chapelier », je fais des chapeaux de toutes tailles et chacun vient et mesure et prend le chapeau qui lui va. Il y a une certaine étape dans la fabrication du produit pour que tous ceux qui sont intéressés puissent venir le chercher, le goûter. La diffusion de la Torah est une étape. La préparation des récipients dans lesquels recevoir de nombreux convertis est une autre étape. Pour cela, il faut être premier ministre, préparer l'infrastructure. S'ils le voulaient, et si c'était selon la Torah, ce serait très bien d'accepter mille convertis. Pourquoi pas?

À un moment qui est très bon pour la Nation d'Israël, il y a un doute sur la conversion, car peut-être que les gens ne souhaitent pas se convertir pour le Ciel. Tout comme ils souhaitent se rendre en Amérique, ils souhaitent se rendre en Israël. Ainsi, "le bras gauche rejette" est également nécessaire, afin de clarifier et de s'assurer que la conversion est vraie. Il est écrit : « Il faut toujours que la gauche rejette et que la droite rapproche ». [4] Ceci est vrai non seulement pour les convertis, mais c'est une règle pour beaucoup de choses. Concernant la conversion, il est explicitement écrit dans le Talmud que l'on commence par la gauche qui rejette. [5]Nous leur disons – votre statut ne va pas s'améliorer. D'un certain point de vue, cela ne fera qu'empirer. Le peuple d'Israël est persécuté, vous n'aurez pas une bonne vie matériellement, extérieurement. S'ils acceptent cela, nous disons que dans la dimension intérieure, ils atteindront un bien meilleur endroit. [6]

R' Daniel : La question est, si nous encourageons la conversion, où est la « gauche qui rejette ?

Rabbi Ginsburgh : C'était l'intention en apportant la parabole du Tzemach Tzedek sur les chapeaux. Il est bon de diffuser la Torah afin d'éveiller l'âme jusqu'à ce que la personne vienne de son plein gré pour se convertir. C'est une chose. Mais je ne lui dis pas tout de suite de se convertir. Asseyons-nous, laissez-nous passer par le processus. Aujourd'hui, il est impossible de dire à quelqu'un qu'il est écrit dans le Shulchan Aruch (Code de la loi juive) qu'un Juif est opprimé. Aujourd'hui, les Juifs ne sont pas si opprimés, Dieu merci. D'un autre côté, si cela fait une différence pour quelqu'un, les Juifs sont toujours persécutés. C'est aussi un avantage - "Dieu cherchera les persécutés". [sept]

Rabbi Nir Menussi : Le rabbin dit qu'il y a une différence entre encourager la conversion – ce que nous ne faisons pas. Mais nous diffusons et enseignons la Torah, et c'est comme une invitation ouverte.

Rabbi Ginsburgh : Comme l'expression du 'hassid de Ya'ave”tz, nous voulons que les gens deviennent d'abord juifs dans leur cœur. Que dans leur cœur, ils ne doivent plus être chrétiens, mais plutôt juifs dans leur cœur. C'est déjà une innovation majeure.

Il faut penser à des exemples. Notre personne exemplaire est Abraham. Il fait connaître Dieu dans un monde qui est rempli des plus grossiers des adorateurs d'idoles. Il leur parle du noble concept d'un seul Dieu. Il veut que l'idée soit diffusée à tout le monde. Certains le rejoignent, « les âmes qu'ils ont faites à Haran » [8] Il n'est pas clairement écrit comment ils ont fait ces âmes. Selon le sens simple, Abraham a accompli "Et il a appelé au nom de Havayah, Dieu du monde." [9] Tous ceux qui le désiraient sont venus et se sont joints à nous. Nous devons faire ce qu'Abraham a fait. Il a fait de bonnes actions pour eux sur le plan matériel. Après leur avoir donné à manger, il leur a dit de bénir Dieu. Il les a même contraints : « Bénissez Dieu ou payez ». [10] Il s'est également conduit avec force.



[1] Kohelet Rabah 1:28. Mille entrent dans (l'étude de) la Torah, cent d'entre eux sortent dans (l'étude de) la mishnah , dix d'entre eux sortent dans (l'étude du) Talmud, l'un d'eux devient enseignant.

[2] Yevamot 24:2. "Ils n'acceptaient pas de convertis du temps de David et du temps de Salomon." Maïmonide Issurei Bi'ah 13:15 : « Par conséquent, le tribunal rabbinique n'a pas accepté de convertis pendant tous les jours de David et de Salomon. Du temps de David, soupçonnant qu'ils se convertissaient peut-être par peur, et du temps de Salomon, soupçonnant qu'ils se convertissaient peut-être à cause du royaume et du grand bien qu'il y avait en Israël.

[3] Brachot 55a.

[4] Sota 47a.

[5] Yévamot 47a. "Un converti qui vient se convertir en ce temps-ci, nous lui disons : 'Qu'as-tu vu que tu es venu pour te convertir ? Ne savez-vous pas qu'en ce moment le peuple d'Israël est misérable, rejeté, affaibli et désemparé, et que des difficultés s'abattent sur lui ? S'il dit : "Je sais et je n'en suis pas digne", nous l'acceptons immédiatement. Voir aussi Rambam , Hilchot Issurei Bi'ah ch. 14. Shulchan Aruch, Yoreh Dei'ah 268b.

[6] Ibid: "Et tout comme nous l'informons de la punition pour (ne pas accomplir) les mitsvot, nous l'informons de leur récompense."

[7] Ecclésiaste 3:15.

[8] Genèse 12:5. Rachi explique : « Il les a amenés sous les ailes de la Shechinah . Abraham a converti les hommes et Sarah a converti les femmes. Et la Torah se réfère à cela comme s'ils les avaient créés.

[9] Genèse 21:33.

[10] Breishit Rabah 49:4.



17 vues0 commentaire

Comments


bottom of page